TABLEAU DE BORD

CAC 40

  • -0,25%
  • 5.352,76 Pts

NASDAQ 100

  • +0,12%
  • 6.386,12 Pts

DOW JONES

  • -0,27%
  • 23.526,18 Pts

EUR/USD

  • +0,74%
  • 1,1820

FTSE 100

  • +0,10%
  • 7.419,02 Pts

Or

  • +0,31%
  • 1.283,95
  • CAC 40
  • 5.352,76 Pts
  • -0,25%
VINCI 86,56€ +1,10%
ARCELORMITTAL REG 24,75€ +0,84%
CARREFOUR 16,60€ +0,79%
STMICROELECTRONICS 20,44€ -2,53%
LVMH 247,05€ -1,85%
SODEXO 106,05€ -1,76%

Accor: toujours valeur hôtelière favorite de Bryan Garnier.

| |
Cercle Finance | 24 août, 2017 13:42
  • 41,550
  • -0,55%-0,23
  • Max: 41,93
  • Min: 41,53
  • Volume: -
  • MM 200 : 40,57
17:36 22/11/17

(CercleFinance.com) - Dans une note sur les valeurs hôtelières en Europe, Bryan Garnier déclare qu'il considère toujours Accor comme son titre favori ('top pick') dans le secteur, réitérant sa recommandation 'achat' et sa valeur intrinsèque ('fair value') de 49,5 euros.

'L'arbitrage en faveur des valeurs les plus exposées à l'Europe demeure plus pertinent que jamais', juge l'intermédiaire financier, soulignant que 'les dynamiques du marché hôtelier des trimestres récents se sont confirmées au deuxième trimestre'.

Bryan Garnier note ainsi une reprise bien engagée dans les pays européens les plus affectés par les évènements exceptionnels, ainsi qu'une croissance soutenue dans les pays d'Europe du Sud et au Royaume Uni.

Par contraste, le broker pointe un ralentissement de la croissance du RevPAR (revenu par chambre disponible) aux Etats-Unis et des conditions toujours difficiles dans certaines zones telles que le Brésil.

Copyright (c) 2017 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Les informations et analyses diffusées par Cercle Finance ne constituent qu'une aide à la décision pour les investisseurs. La responsabilité de Cercle Finance ne peut être retenue directement ou indirectement suite à l'utilisation des informations et analyses par les lecteurs. Il est recommandé à toute personne non avertie de consulter un conseiller professionnel avant tout investissement. Ces informations indicatives ne constituent en aucune manière une incitation à vendre ou une sollicitation à acheter.