TABLEAU DE BORD

CAC 40

  • -0,17%
  • 5.025,20 Pts

NASDAQ 100

  • -0,34%
  • 6.867,02 Pts

DOW JONES

  • +0,49%
  • 25.413,22 Pts

EUR/USD

  • -0,75%
  • 1,1418

FTSE 100

  • -0,34%
  • 7.013,88 Pts

Or

  • +0,43%
  • 1.215,80
  • CAC 40
  • 5.025,20 Pts
  • -0,17%
VIVENDI 21,67€ +3,09%
PUBLICIS GROUPE 52,98€ +1,49%
DASSAULT SYST. 108,90€ +1,30%
VALEO 24,62€ -2,11%
SODEXO 91,50€ -1,68%
STMICROELECTRONICS 12,20€ -1,18%

CAC40: gain hebdo symbolique in extremis, W-Street décroche

| |
Cercle Finance | 09 nov, 2018 18:29

(CercleFinance.com) - Paris limite un peu la casse en fin de séance, malgré l'alourdissement de la tendance à Wall Street.

  • 5.025,200
  • -0,17%-8,42
  • Max: 5.081,00
  • Min: 4.986,19
  • Volume: -
  • MM 200 : 5.334,65
18:05 16/11/18

Le CAC40 (-0,48%) à 5.106,7 préserve les 5.100 et surtout, affiche +0,09% sur la semaine écoulée.

Le CAC a inscrit un plancher vers 5.070, dans le sillage de Wall Street alors que le Dow Jones rechute de -1% et le Nasdaq de -2%.

Mais les indices US restent largement positifs sur la semaine écoulée (environ +2,5% pour le 'Dow').

L'Euro-Stoxx50 s'effrite de -0,25% (vers 3.225,5) avec de grosses disparités entre Francfort (stable) et Milan (-0,9%), mais globalement, le bilan hebdo est positif de +0,45%.

Les places asiatiques avaient donné le ton dès ce matin en reculant de -1,2% à Tokyo et -1,4% à Shanghaï (de retour sur les 2.600, soit -2,9% hebdo).

Wall Street consolide pour la seconde séance consécutive (les pertes se creusent lentement mais inexorablement) alors que les prix à la production se sont envolés de +0,6% (au lieu de +0,3% anticipé) : il s'agit de l'accélération la plus brutale depuis septembre 2012 (quand le pétrole flambait vers 110/115$).

Le moral des ménages américains s'est dégradé un peu moins que prévu en novembre, les perspectives moins florissantes que prévu.

Le pétrole justement subit une véritable débâcle avec -1,5% sur le WTI qui s'enfonce vers 59,9$ à New York (-3,7% en hebdo) et de -1,7% sur le 'Brent' (qui teste 69,8$ à Londres).

Hier soir, la FED qui a confirmé que la solidité de l'économie américaine justifiait sa volonté de poursuivre son cycle de resserrement monétaire (sans insister sur l'inflation), avec à la clé une quatrième hausse de taux pour 2018 d'ici Noël

'La stratégie de normalisation de la politique monétaire, qui vise aussi à contre-balancer une politique budgétaire bien trop excessive, devrait continuer au cours de l'année 2019 tant que le marché de l'emploi et l'évolution de l'inflation le permettront. Le marché n'a pas été ému par le maintien du statu quo', retient Saxo Banque.

Ce soir l'euro recule légèrement (-0,2%), à 1,134/$ mais préserve encore le support des 1,1330, mais la marge de sécurité est nulle.

Dans l'actualité des valeurs, c'est la défensive Danone qui s'impose avec +3,6% à 65,6E.

A l'inverse, le 'warning' de Richemont (-6,4%) impacte Kering (-3,5%) puis LVMH (-2%).

Rubis (-11,1%) plonge après une publication trimestrielle décevante selon des analystes. Sanctionnant un 'manque d'énergie au 3e trimestre', Portzamparc a notamment dégradé son conseil sur l'action Rubis ce matin, en revenant de 'renforcer' à 'conserver'. L'objectif de cours est ajusté de 52,7 à 51,4 euros.

CGG poursuit sa débâcle avec -13% à 1,53E, soit -24,5% sur la semaine écoulée.

La plus lourde chute pour Nexans (-14,9% à 22,82E), après une révision en baisse des objectifs 2018.

Mieux orienté (+2,6%), Edenred a annoncé hier avoir conclu un accord portant sur l'acquisition de Corporate Spending Innovations (CSI). Il s'agit de l'un des tout premiers fournisseurs de solutions automatisées pour le paiement inter-entreprises en Amérique du Nord.

Cette acquisition, d'un montant d'environ 600 millions de dollars, s'inscrit dans la continuité d'un partenariat européen établi il y a près de deux ans entre les deux sociétés.

Keyrus (-0,9%) indique avoir réalisé un chiffre d'affaires de 63,7 millions d'euros au troisième trimestre 2018, en augmentation de 8,8% par rapport au troisième trimestre 2017 (+10,5% à périmètre et taux de change constants). Sur les neuf premiers mois de l'année, la croissance du groupe de services informatiques s'élève à 7,5% à 199,5 millions (+9,1% à périmètre et taux de change constants). Cette hausse organique est impactée de 5,3 millions d'effet de change défavorable en 2018.

Copyright (c) 2018 CercleFinance.com. Tous droits réservés.