TABLEAU DE BORD

CAC 40

  • +0,65%
  • 4.773,22 Pts

NASDAQ 100

  • +1,05%
  • 6.682,74 Pts

DOW JONES

  • +0,14%
  • 24.423,26 Pts

EUR/USD

  • +0,21%
  • 1,1378

FTSE 100

  • +0,41%
  • 6.748,82 Pts

Or

  • +0,45%
  • 1.246,80
  • CAC 40
  • 4.772,12 Pts
  • +0,63%
STMICROELECTRONICS 11,99€ +2,92%
ARCELORMITTAL REG 19,05€ +2,61%
LVMH 247,50€ +1,75%
AXA 19,10€ -1,33%
Unibail-Wfd Unibai 141,96€ -0,78%
RENAULT 55,00€ -0,51%

Delachaux: première grande IPO de l'année à Paris ?

| |
Cercle Finance | 17 mai, 2018 14:24

(CercleFinance.com) - Après un premier trimestre totalement dégarni, les introductions en Bourse sont enfin reparties de l'avant sur la place parisienne. Mais à quand une opération de grande taille en 2018 ? Après l'annulation de l'IPO ('Initial Public Offering', selon l'expression anglaise) de Novares en février, c'est celle de Delachaux qui pourrait ouvrir le bal.

  • 3.791,190
  • 0,57%21,60
  • Max: 3.804,78
  • Min: 3.790,41
  • Volume: -
  • MM 200 : -
10:01 11/12/18

Sans retenir celles intervenues sur Euronext Access, l'ex-Marché libre, on en compte déjà près d'une demi-douzaine d'opérations (réalisées ou en cours) depuis le début du mois d'avril comme Vente-unique.com, Oxatis, Dontnod Entertainment, Voluntis ou encore Enensys Technologies.

Reste qu'il s'agit plutôt de jeunes sociétés. Quid des 'grandes' introductions ? En début d'année, l'équipementier automobile Novares semblait bien parti non seulement pour ouvrir le bal des IPO parisiennes, mais aussi pour réaliser une opération de taille conséquente. Fondé en 1955, l'ex-Mecaplast visait, en 2018, un CA d'entre 1,20 et 1,25 milliard d'euros, puis une croissance de plus de 7,5% en 2019. Il comptait d'ailleurs être valorisé en Bourse aux environs de 500 millions d'euros. Mais mi-février, Novares a renoncé à son projet, invoquant la 'forte volatilité des marchés'.

Maintenant que les Bourses sont mieux orientées et que le CAC 40 est remonté à ses plus hauts niveaux en une décennie environ, Delachaux pourrait prendre la suite. La direction a exprimé son intention voilà un mois environ et le 15 mai, le groupe a enregistré son document de base d'introduction auprès de l'Autorité des marchés financiers, première étape de l'éventuelle de l'opération.

Delachaux ? Il s'agit d'un groupe remontant à 1902, lorsque Clarence Delachaux a développé un procédé de soudure aluminothermique pour les compagnies de transport. Son histoire a déjà croisé celle de la Bourse, où le groupe fut introduit en 1985. Avant d'en ressortir en 2011 à l'instigation de la famille et des fonds de CVC Capital, qui pour l'heure détiennent chacun la moitié du capital environ.

Le groupe comporte deux branches : la première, Infrastructures du rail, porte sur des 'systèmes de fixation (20% de part de marché mondiale, ndlr), (des) produits de soudure aluminothermique (45%), (du) matériel de voie et de contrôle, (de des) équipements d'électrification pour réseaux urbains'. Elle représente près de 60% des ventes et du résultat d'exploitation ajusté de l'exercice 2017.

L'autre branche, les Activités industrielles diversifiées, comprend 'la fabrication et la conception de systèmes de gestion d'énergie et de données commercialisés au sein de la ligne de produits Energy and Data Transmission Systems (EDMS ; part de marché mondiale : 20%) sous la marque Conductix-Wampfler, la fabrication de chrome métal, commercialisé sous la marque DCX Chrome (part de marché mondiale : 25%), au sein de la ligne de produits Chrome Métal et la ligne de produits Magnétisme, comprenant des systèmes magnétiques de levage et de tri.'

Delachaux revendique la position de leader mondial dans ses principales lignes de produit. En 2017, ses ventes ont atteint 841,4 millions d'euros pour 112 millions de résultat d'exploitation courant et un bénéfice net de 55 millions. En 2018, il compte réaliser un CA d'au moins 900 millions d'euros avec une croissance organique d'au moins 8%. Le résultat d'exploitation ajusté s'annonce au minimum à 115 millions.

Le groupe porte aussi une dette brute d'environ 650 millions d'euros et CVC Capital a l'intention de ressortir, ou du moins de commencer à le faire. Delachaux compte aussi, à l'occasion de son IPO, augmenter son capital d'environ 100 millions. Ce qui devrait contribuer à ramener, fin 2018, la dette nette à 2,75 fois l'EBITDA, prévoit la direction. A suivre.

EG

Copyright (c) 2018 CercleFinance.com. Tous droits réservés.