TABLEAU DE BORD

CAC 40

  • -0,17%
  • 5.532,46 Pts

NASDAQ 100

  • +1,05%
  • 6.906,28 Pts

DOW JONES

  • +0,55%
  • 26.214,60 Pts

EUR/USD

  • -0,14%
  • 1,2243

FTSE 100

  • +0,05%
  • 7.719,51 Pts

Or

  • -0,12%
  • 1.334,15
  • CAC 40
  • 5.536,21 Pts
  • -0,10%
CARREFOUR 19,39€ +5,01%
PERNOD RICARD 131,35€ +0,96%
VALEO 65,94€ +0,95%
ARCELORMITTAL REG 29,40€ -1,89%
AXA 27,00€ -1,60%
PEUGEOT 18,81€ -1,08%

Devises: l'euro porté par l'Allemagne et la BCE

| |
Cercle Finance | 12 jan, 2018 12:02

(CercleFinance.com) - Toujours plus haut pour la monnaie unique européenne, qui a débordé ce matin la barre des 1,21 dollar alors qu'en Allemagne, Angela Merkel aurait trouvé un accord de gouvernement avec les sociaux-démocrates. Déjà en hausse de 0,73% hier, l'euro prend encore 0,68% ce midi pour atteindre 1,2123 dollar.

Par ailleurs, la principale devise du Vieux Continent prend 0,57% contre le yen à 134,68, 0,28% à 1,1776 franc suisse et 0,17% à 0,8905 livre sterling.

Alors que les élections législatives allemandes sont passées depuis maintenant plus de 100 jours, le visage de l'ultime gouvernement Merkel semble enfin se préciser : selon les agences de presse, la CDU/CSU, parti politique de centre droit d'Angela Merkel dont la majorité au Bundestag n'est que relative, a trouvé un accord de gouvernement 'de principe' avec le SPD, le mouvement social-démocrate dirigé par Martin Schultz.

Non seulement l'incertitude politique diminue grandement dans la première économie de la zone euro, mais l'accord en question prévoierait aussi des dispositions relatives à une gouvernance politique de la monnaie unique de concert avec la France, ce qui fait écho au souhait du président Macron. Il s'agirait d'un des desiderata du SPD, les conservateurs étant plus 'tièdes' sur le sujet.

Rappelons aussi qu'hier, le compte-rendu de la dernière réunion de la BCE s'est révélé haussier pour l'euro : 'se projetant dans l'avenir, l'opinion est largement partagée au sein du conseil des gouverneurs (...) que le langage à propos des différentes dimensions de la politique monétaire et du pilotage des anticipations pourrait être revu en début d'année prochaine', indique le document cité par Aurel BGC ce matin.

Et les analystes d'expliquer : 'ces propos ont été interprétés par les cambistes comme un signal d'inflexion prochaine de la politique monétaire dans un contexte de nette amélioration de la conjoncture ne justifiant plus le maintien d'une politique monétaire ultra-accommodante.' En clair, le QE de la BCE, déjà réduit de moitié depuis ce mois de janvier, pourrait bien prendre fin en septembre. Du moins cette hypothèse, qui présage une dégradation encore amoindrie du bilan de la BCE, gagne-t-elle en crédibilité.

EG

Copyright (c) 2018 CercleFinance.com. Tous droits réservés.