TABLEAU DE BORD

CAC 40

  • -0,82%
  • 4.856,58 Pts

NASDAQ 100

  • +0,06%
  • 6.767,97 Pts

DOW JONES

  • +0,29%
  • 24.597,38 Pts

EUR/USD

  • -0,62%
  • 1,1286

FTSE 100

  • -0,61%
  • 6.835,78 Pts

Or

  • -0,43%
  • 1.239,15
  • CAC 40
  • 4.856,58 Pts
  • -0,82%
PUBLICIS GROUPE 50,06€ +0,81%
PERNOD RICARD 149,15€ +0,64%
TOTAL 49,18€ +0,48%
VALEO 24,23€ -3,31%
RENAULT 55,54€ -2,68%
SCHNEIDER ELECTRIC 61,18€ -2,64%

Devises: tendances épargnes pour l'euro ce midi

| |
Cercle Finance | 05 déc, 2018 12:51

(CercleFinance.com) - Mercredi midi sur le marché des devises, la monnaie unique européenne ne savait trop à quelle tendance se vouer face au billet vert américain : après - 0,10% hier, elle grappille symétriquement ce midi 0,10% à 1,1357 dollar. En légère contre le franc suisse et surtout contre le yen (+ 0,30%), l'euro perd en revanche 0,45% contre le sterling.

Les marchés financiers américains, qui resteront clos ce jour en mémoire de l'ancien président des Etats-Unis, feu George Bush senior, ont été secoués hier par des inquiétudes provenant des investisseurs obligataires. Après les propos moins 'faucon' qu'auparavant tenus la semaine passée par des officiels de la Fed, les taux américains se sont détendus. Celui du T-Note fédéral à dix ans est repassé sous la barre des 3%, ce qui représente une baisse sensible d'environ 30 points de base en un mois.

Du côté des échéances plus courtes, 'les taux à 2 et 3 ans se sont maintenus au-dessus des taux à 5 ans pour le deuxième jour consécutif', indiquent des spécialistes parisiens. Ce qui a 'généré des craintes quant à la croissance du pays, mais aussi quant à la capacité de la Fed à maintenir le rythme du cycle de hausse des taux initialement prévu. Si celle-ci venait à s'inverser complètement, cela pourrait être perçu comme un réel mauvais signe pour l'économie américaine', expliquent les spécialistes d'Invest Securities.

'En effet, historiquement, ce phénomène d'inversion de la courbe des taux a précédé une période de récession, incitant donc actuellement les investisseurs à être prudents', ajoutent ces derniers.

Mais la monnaie unique n'en profite guère, et pour cause : certes, on a appris ce matin que l'indice PMI composite final d'IHS Markit mesurant l'activité globale dans la zone euro est ressorti à 52,7 points pour novembre, contre une estimation antérieure de 52,4 que le consensus s'attendait à voir confirmée. Reste que l'indice se situait à 53,1 points en octobre et qu'il s'agit, en novembre, du plus bas niveau depuis septembre 2016.

En cause : 'principalement un ralentissement de l'expansion économique allemande', explique l'institut, mais aussi l'Italie. 'Sous l'effet de divers vents contraires tels que les perturbations dues au Brexit, les inquiétudes liées aux guerres commerciales, les difficultés du secteur automobile et l'incertitude politique et économique croissante, le ralentissement de l'expansion amorcé dans le secteur manufacturier continue de se généraliser pour englober progressivement le secteur des services', commente Chris Williamson, l'économiste principal.

Outre Manche, le parlement britannique a matérialisé son désaccord avec le gouvernement, qui avait eu toutes les peines du monde à conclure un projet d'accord sur le Brexit, que Westminster.

EG

Copyright (c) 2018 CercleFinance.com. Tous droits réservés.