TABLEAU DE BORD

CAC 40

  • -0,78%
  • 5.357,14 Pts

NASDAQ 100

  • -0,07%
  • 6.389,91 Pts

DOW JONES

  • -0,31%
  • 24.508,66 Pts

EUR/USD

  • -0,44%
  • 1,1773

FTSE 100

  • -0,65%
  • 7.448,12 Pts

Or

  • +1,13%
  • 1.255,60
  • CAC 40
  • 5.357,14 Pts
  • -0,78%
PEUGEOT 17,28€ +1,71%
KERING 388,65€ +0,39%
ESSILOR INTL 112,50€ +0,31%
ATOS 130,20€ -2,65%
SAFRAN 85,83€ -2,03%
VIVENDI 22,30€ -1,76%

Essilor: additionne les contrariétés au second semestre.

| |
Cercle Finance | 12 oct., 2017 13:23
  • 112,500
  • 0,31%0,35
  • Max: 114,40
  • Min: 111,35
  • Volume: -
  • MM 200 : 111,07
17:35 14/12/17

(CercleFinance.com) - Vers une mauvaise année boursière pour Essilor International ? Il est bien sûr trop tôt pour le dire mais à ce jour, l'action du leader mondial de l'optique ophtalmique perd plus de 5% de sa valeur depuis fin 2016. Elle sous-performe ainsi massivement l'indice CAC 40 - dont elle fait partie - de plus de 15 points de pourcentage. En cause : la complexité de la méga-fusion avec Luxottica et des craintes sur la croissance.

Annoncée le 16 janvier, la fusion par échange de titres entre Essilor International et Luxottica semblait l'opération de l'année : sur le papier, les verres d'Essilor allaient compléter les montures de Luxottica, sans oublier les possibilités ouvertes par le réseau de boutiques de détail dont dispose ce dernier. Une nouveauté pour Essilor, spécialiste du 'B to B'.

'Deux produits qui se complètent naturellement, les montures et les verres, seront enfin conçus, fabriqués et distribués par la même maison', ajoutait de son côté Leonardo Del Vecchio, fondateur, actionnaire majoritaire et président exécutif de Luxottica.

Le communiqué indiquait que le nouvel ensemble EssilorLuxottica afficherait un CA combiné de 15 milliards d'euros. Notons que le communiqué initial d'Essilor ne fait pas mention de l'éventuelle relutivité de l'opération, se contentant de synergies 'progressives' évaluées entre 400 et 600 millions 'à moyen terme', et plus encore - sans précision chiffrée - à long terme.

Le premier semestre s'est plutôt bien passé bien pour l'action Essilor, qui avait commencé l'année vers 100 euros et montait, mi juin, dans la zone des 120 euros. Puis survint un premier écueil : le groupe a indiqué, le 28 juillet, que sa croissance organique s'est limitée à 2,5% au premier semestre 2017, après 3,6% en 2016 et 4,6% en 2015.

Dans ce contexte, le groupe a lancé un 'double warning' sur ses prévisions pour 2017. Le premier, qui porte sur les ventes, est le plus sévère : plus question sur l'ensemble de l'exercice d'une croissance 'en base homogène' comprise entre 3% et 5%, mais d'un taux d'environ 3% seulement. Soulignons cette mention paradoxale, Essilor évoquant 'un durcissement des conditions de marché suite à l'annonce du projet de rapprochement avec

Luxottica.' Enfin, l'équivalent de la marge opérationnelle courante n'est plus attendu autour, mais simplement proche de 18,5%.

Plus que les marges, toujours résilientes, c'est l'orientation des ventes qui inquiète les analystes : Essilor ne serait-il plus en mesure de générer une croissance organique d'environ 5% ? Devra-t-il se contenter d'un taux de 3% à moyen terme, redoutent en substance nombre d'analystes ? Ce qui changerait le profil du groupe, et donc sa valorisation.

Second coup de bambou le 26 septembre : gardien de la concurrence, la Commission européenne a décidé d'ouvrir une 'enquête approfondie' sur la fusion Essilor-Luxottica. Inspiratrice du personnage central de la sérié télévisée danoise 'Borgen', et adversaire redoutée des opérateurs télécoms, d'Apple ou de Google, la commissaire Margrethe Vestager n'a pas fait mystère de ses inquiétudes : 'La moitié des Européens portent des lunettes et nous devrons presque tous corriger notre vue un jour ou l'autre. Nous devons donc examiner attentivement si le projet de concentration entraînerait une hausse des prix et une diminution du choix pour les opticiens et, in fine, pour les consommateurs.'

Ce que redoute le plus la Commission : qu'EssilorLuxottica utilise la force des marques de montures de Luxottica pour évincer les autres fournisseurs de verres qu'Essilor (et, dans une moindre mesure, l'inverse), par exemple en recourant aux ventes groupées. Et maintenant ? La Commission a jusqu'au 12 février 2018 pour rendre sa décision, indique-t-elle.

Voilà qui ne fait pas les affaires d'Essilor, qui écrivait le 28 juillet : 'l'objectif commun des deux groupes (Essilor et Luxottica), en coopération avec les autorités concernées, est de finaliser la procédure d'approbation autour de la fin de l'année' 2017. Voilà qui semble compromis.

En vue sur l'agenda d'Essilor : les ventes du 3e trimestre, le 24 octobre prochain. Il y a fort à parier que la croissance 'en base homogène' (appelation-maison chez Essilor de la croissance organique) sera surveillée de près.

EG

Copyright (c) 2017 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Les informations et analyses diffusées par Cercle Finance ne constituent qu'une aide à la décision pour les investisseurs. La responsabilité de Cercle Finance ne peut être retenue directement ou indirectement suite à l'utilisation des informations et analyses par les lecteurs. Il est recommandé à toute personne non avertie de consulter un conseiller professionnel avant tout investissement. Ces informations indicatives ne constituent en aucune manière une incitation à vendre ou une sollicitation à acheter.