TABLEAU DE BORD

CAC 40

  • -1,04%
  • 4.845,86 Pts

NASDAQ 100

  • +0,06%
  • 6.767,97 Pts

DOW JONES

  • +0,29%
  • 24.597,38 Pts

EUR/USD

  • -0,75%
  • 1,1272

FTSE 100

  • -0,68%
  • 6.830,43 Pts

Or

  • -0,43%
  • 1.239,15
  • CAC 40
  • 4.845,49 Pts
  • -1,05%
TOTAL 49,12€ +0,37%
PERNOD RICARD 148,60€ +0,27%
ENGIE 12,80€ +0,20%
VALEO 24,10€ -3,83%
RENAULT 55,30€ -3,10%
SCHNEIDER ELECTRIC 60,90€ -3,09%

Paris: pire sell-off depuis le Brexit, W-Street se reprend

| |
Cercle Finance | 06 déc., 2018 18:57

(CercleFinance.com) - Quelle claque ! Les indices boursiers subissent leur plus spectaculaire correction depuis le lendemain du 'Brexit'.

Quelle inversion de polarité après l'entame en fanfare du mois de décembre lundi matin.

Le CAC40 (-3,3%) finit presque au plus bas du jour (et au plus bas depuis début février 2017, ou fin décembre 2016) mais bénéficiait d'un coup de pouce au moment du 'fixing' de 4.760 vers 4.780 (+0,45%)).

Chez nos voisins, Francfort dévisse de -3,9%, le MIB30 de -3,8%... et Londres plonge également de -3,5%.

A Paris, le plancher annuel des 4.925Pts de fin octobre et du 20 novembre a été irrémédiablement défoncé et la déferlante des 'stops' a provoqué un effondrement de cours en 'mode domino algorithmique'.

La réouverture de Wall Street s'est avérée aussi négative que redouté avec -2,8% sur le Dow Jones (à 24.260), -2,7% sur le S&P500% (à 2.625) et -2,2% sur le Nasdaq (à 6.990).

Il est probable que les 'sherpas' jouent les pompiers depuis 18H puisque le Dow Jones a effacé la moitié de ses pertes (-1,6%) et le Nasdaq ne cède plus que -0,5% (à 7.120Pts)

Le 'VIX' -le baromètre du stress- a fait une embardée de +23% à 25,5 avant de se calmer vers 24,5.

Symétriquement,les rendements obligataires se détendent spectaculairement: aux Etats Unis: le '10ans' affiche -8,5Pt à 2,838%, le '5 ans' décroche de -11Pts vers 2,689%, toujours en inversion de courbe par rapport au '2 ans' à 2,702% et au '3 ans' à 2,71%.

Ce matin, les places asiatiques avaient fini dans le rouge : Hong Kong a chuté de -2,5%, Tokyo et Shanghai de -1,9%... ce qui paraît presque bénin en regard des pertes subies en occident ce jeudi.

Tout est parti de l'annonce que la fille du fondateur de Huaweï, Wanzhou Meng (actuelle CFO du groupe), a été arrêtée par les autorités canadiennes à la suite d'une demande d'extradition vers les Etats-Unis'.

Cela devient une affaire économico politique majeure avec la réaction très vive de Pékin qui exige une libération immédiate, avec des menaces à peine voilées de rétorsion du même ordre à l'encontre de citoyens américains séjournant en Chine.

'Son arrestation soulève un certain nombre de questions sur les perspectives d'un accord commercial sino-américain, même si des commentaires encourageants avaient été formulés des deux côtés du Pacifique hier', indique la banque danoise Danske Bank.

Wall Street n'a pas de quoi se rassurer avec la publication d'une série d'indicateurs américains ce jeudi.

Le menu était copieux: l'enquête ADP sur les créations d'emploi dans le secteur privé au mois de novembre évalue à +179.00 le nombre de nouveaux jobs, en ligne avec le consensus (le chiffre d'octobre n'est quasiment pas révisé, à 225.000 contre 227.000 initialement).

La croissance de la productivité US au T3 a légèrement augmenté, de 2,2% à 2,3% selon le BLS (Bureau of Labor Statistics) et la hausse de la production s'établit à +4,1%, le nombre d'heures travaillées à +1,8%.

Le déficit commercial américain grimpe de +1,7% en octobre, à 55,5Mds$, et le déficit vis à vis de la Chine bat un nouveau record absolu, malgré la mise en place des surtaxes douanières américaines (c'est assez classique puisque les UAS importent 90% des jouets vendus entre le 25 novembre et Noël depuis la Chine).

Enfin, les demandes 'hebdo' d'assurance-chômage ont diminué de -5.000 à 231.000.

Le Dollar reperd -0,3%, vers 1,1400/E. Sur le marché pétrolier, le baril de Brent replonge de -3,8% vers 59,3 dollars en attendant les annonces de l'OPEP, qui se réunit aujourd'hui à Vienne: des coupes de production sont attendues, mais sans chiffres précis à ce stade.

Côté valeurs cotées, l'affaire Huaweï impacte toutes les valeurs technos, Atos (-6,5%) ou St-Micro (-6%), Capgemini (-6,5%) est en outre pénalisé par un abaissement de recommandation par Barclays.

Les équipementiers automobiles prennent une nouvelle volée de bois vert avec -7,4% sur Faurecia, -4% sur Valeo, -3,8% sur Michelin).

Sanofi (-3,15%) annonce 670 suppressions de postes dans ses fonctions support en France d'ici 2020: la bourse n'apprécie pas.

Latécoère dévisse de 18,4% pénalisé par un 'warning' sur sa rentabilité pour 2019 malgré une hausse sa prévision de C.A; Recylex chute de 8%, affecté de nouvelles discussions avec ses créanciers suite aux performances décevantes d'un de ses sites en Allemagne (recyclage batteries). BioMérieux perd -5,9% en raison d'une baisse de sa recommandation par Kepler Cheuvreux.

La descente aux enfers se poursuit sur LDLC avec -10% ce jeudi (sous les 6E), soit -42% sur la semaine écoulée et -56% en 1 mois.

Copyright (c) 2018 CercleFinance.com. Tous droits réservés.