TABLEAU DE BORD

CAC 40

  • -1,03%
  • 4.846,54 Pts

NASDAQ 100

  • +0,06%
  • 6.767,97 Pts

DOW JONES

  • +0,29%
  • 24.597,38 Pts

EUR/USD

  • -0,61%
  • 1,1288

FTSE 100

  • -0,71%
  • 6.828,90 Pts

Or

  • -0,43%
  • 1.239,15
  • CAC 40
  • 4.845,20 Pts
  • -1,06%
PERNOD RICARD 149,10€ +0,61%
TOTAL 49,20€ +0,53%
PUBLICIS GROUPE 49,82€ +0,32%
VALEO 24,19€ -3,47%
SCHNEIDER ELECTRIC 60,98€ -2,96%
RENAULT 55,42€ -2,89%

Publicis: +5%, le profil de croissance s'améliore

| |
Cercle Finance | 18 oct, 2018 16:17

(CercleFinance.com) - En hausse de près de 5%, l'action Publicis se classe parmi les plus fortes hausses de l'indice CAC 40 après la publication de ses ventes du troisième trimestre. Certes, pour le géant publicitaire, la croissance n'est pas un long fleuve tranquille. Mais après des déceptions, le groupe attend une accélération.

  • 49,890
  • 0,46%0,23
  • Max: 49,89
  • Min: 49,14
  • Volume: -
  • MM 200 : 55,65
13:22 14/12/18

En effet, les facturations du géant publicitaire désormais dirigé par Arthur Sadoun ont progressé de 1,3% en données comparables lors du dernier trimestre (T3), après une contraction de 2,1% dans ces mêmes termes au T2. En cause : a priori, principalement les conséquences de la mise en place du règlement général sur la protection des données (RGPD).

Rappelons qu'après un mauvais départ lors du premier quart de 2017, la croissance organique de Publicis s'était maintenue entre 0,8 et 2,2% entre le T2 2017 et le T1 2018. Bref, après un 'loupé' paraissant ponctuel au T2 2018, elle semble s'installer entre 1 à 2%.

Certes, voilà une dynamique bien inférieure à celle que le groupe a pu connaître par le passé : depuis 2015, la croissance organique annuelle de Publicis est constamment inférieure à 2%. Et il faut remonter jusqu'en 2011 pour retrouver un taux supérieur à 5%.

Alors que la conjoncture est globalement porteuse, voilà des chiffres qui illustrent la concurrence nouvelle à laquelle le groupe fait face de la part de 'géants' du numérique allant de Facebook à Google en passant par Accenture, sinon Capgemini.

Reste que la croissance n'a pas disparu pour autant. Mieux : Publicis Health Services (PHS), la division 'santé-pharma' qui compte Astra Zeneca, Gilead, J&J, Merck & Co., Pfizer ou Sanofi parmi ses clients, devrait être vendue sous peu. Cette branche, 'qui n'existe pas chez les autres groupes de communication, (...) pénalise les revenus nets depuis le début de 2018', commente le bureau d'études parisien Invest Securities. Et sans tenir compte de PHS, peu dynamique (+ 0,2% au T3), la croissance organique de Publicis aurait atteint 2,2% au T3.

'Au 3e trimestre', commentent les spécialistes d'UBS, 'la croissance organique a été tirée par les contrats remportés plus tôt dans l'année', par exemple chez Daimler, Carrefour, Campbell et Marriott. De plus, ajoutent les spécialistes, 'les gains d'affaires nouvelles ont été importants au 3e trimestre auprès de comptes comme Cathay Pacific, Western Union, Nestlé et GSK'. Ce qui contraste avec les pertes de contrats de ces dernières années.

En somme, Publicis semble bien parti pour connaître une accélération de sa croissance. C'est d'ailleurs le message envoyé par la direction qui vise toujours, sur l'ensemble de 2018, une croissance organique supérieure à celle de 2017 (+ 0,8%). Voilà qui promet un 4e trimestre 'canon', puisque sur neuf mois, ce taux n'est que de 0,2%, soit + 0,8% hors PHS.

EG

Copyright (c) 2018 CercleFinance.com. Tous droits réservés.