TABLEAU DE BORD

CAC 40

  • +0,05%
  • 5.375,05 Pts

NASDAQ 100

  • +0,27%
  • 6.108,82 Pts

DOW JONES

  • +0,71%
  • 23.328,63 Pts

EUR/USD

  • -0,26%
  • 1,1755

FTSE 100

  • -0,04%
  • 7.520,05 Pts

Or

  • -0,25%
  • 1.280,25
  • CAC 40
  • 5.375,05 Pts
  • +0,05%
TECHNIPFMC RG 21,16€ +1,12%
ARCELORMITTAL REG 25,45€ +1,07%
STMICROELECTRONICS 17,05€ +1,04%
BOUYGUES 40,20€ -0,73%
SOCIETE GENERALE 48,29€ -0,69%
VIVENDI 20,68€ -0,67%

Publicis: reprend les 60 euros avec la 'rumeur Capgemini'.

| |
Cercle Finance | 05 oct., 2017 13:03
  • 57,580
  • -0,36%-0,21
  • Max: 57,90
  • Min: 57,41
  • Volume: -
  • MM 200 : 63,23
09:58 23/10/17

(CercleFinance.com) - Pénalisée en août par les warnings en cascade de ses concurrents, de Dentsu à WPP en passant par Havas, l'action Publicis reprend de la hauteur à la Bourse de Paris. Le titre du groupe publicitaire s'est envolé hier de plus de 3% sur des spéculations de rapprochement avec Capgemini. Une avance qu'il conserve ce midi, ce qui lui permet de tenir la barre des 60 euros.

A la fin d'une interview publiée au soir du 3 octobre par le Figaro, Paul Hermelin, le PDG du géant français des services informatiques Capgemini, a évoqué la 'convergence' des métiers du groupe avec deux de la publicité - ainsi que d'éventuels rapprochements. 'Si Accenture rachetait un grand groupe mondial de publicité, la pression du marché et des actionnaires deviendrait forte. Il faudrait alors réfléchir à la manière d'aller dans le secteur de la publicité', a ainsi confié au quotidien M. Hermelin.

Ce qui a suffit à relancer les spéculations sur un mariage franco-français de Capgemini avec la principale publicitaire hexagonale, Publicis.

Prudence, car M. Hermelin a aussi déclaré au Figaro : 'aujourd'hui, ce que l'on appelle la digitalisation de l'expérience client ne représente que 15 % de notre chiffre d'affaires, mais est en forte croissance. Pour compléter notre offre sur ce segment de marché, plutôt que de faire des acquisitions dans la publicité, je préfère passer des alliances ; par exemple, avec Publicis nous avons remporté ensemble le budget McDonald's et nous travaillons sur d'autres compétitions', peut-on lire aussi.

Chez Aurel BGC, les analystes rappellent que le scénario de rapprochement Accenture/Publicis 'n'est pas un scoop'. Parallèlement, dans le secteur publicitaire et pour Capgemini, les options de croissance externe ne sont pas légion. Le britannique WPP et l'américain Omnicom sont jugés 'hors de portée' pour 'Cap'. 'Havas est contrôlé par Vivendi. Interpublic, Dentsu ou Publicis pèsent moins que Capgemini en Bourse, mais sont tout de même de gros morceaux', ajoutent les spécialistes. Reste donc Publicis, une hypothèse qui pourrait d'ailleurs être soutenue par l'Etat français, grand amateur de champions européens, sinon nationaux quand cela est possible.

Notons que le scénario Capgemini/Publicis n'est pas, lui non plus, une nouveauté. Dans une note publiée fin novembre 2016, Natixis l'évoquait, en écrivant notamment que cet éventuel rapprochement 'serait fortement créateur de valeur et permettrait de créer un leader mondial de la transformation numérique, à l'image d'Accenture.'

Arguments alors développés : 'le numérique conduit à une convergence accélérée de ces deux industries. Les deux groupes sont concurrents sur de nombreux appels d'offres et de plus en plus souvent sur leurs acquisitions (exemple Sapient). Par ailleurs, ils présentent de nombreuses similitudes : culture, histoire, taille et couverture géographique', indiquait le document.

Mais à l'époque, 'aucune rumeur de presse (n'évoquait)' l'éventuelle opération, ajoutait Natixis en fin d'année dernière. Ce qui a clairement changé aujourd'hui.

EG

Copyright (c) 2017 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Les informations et analyses diffusées par Cercle Finance ne constituent qu'une aide à la décision pour les investisseurs. La responsabilité de Cercle Finance ne peut être retenue directement ou indirectement suite à l'utilisation des informations et analyses par les lecteurs. Il est recommandé à toute personne non avertie de consulter un conseiller professionnel avant tout investissement. Ces informations indicatives ne constituent en aucune manière une incitation à vendre ou une sollicitation à acheter.