TABLEAU DE BORD

CAC 40

  • -1,18%
  • 4.796,41 Pts

NASDAQ 100

  • -0,58%
  • 6.556,87 Pts

DOW JONES

  • -0,71%
  • 23.929,92 Pts

EUR/USD

  • +0,22%
  • 1,1333

FTSE 100

  • -1,09%
  • 6.770,54 Pts

Or

  • +0,00%
  • 1.239,10
  • CAC 40
  • 4.799,76 Pts
  • -1,11%
SODEXO 90,80€ +0,40%
VEOLIA ENVIRONN. 18,58€ +0,35%
ACCOR 37,89€ +0,32%
TECHNIPFMC RG 17,48€ -4,92%
SOCIETE GENERALE 29,04€ -2,73%
ATOS 67,48€ -2,49%

Spie: le titre redresse enfin la tête

| |
Cercle Finance | 11 jui, 2018 12:59

(CercleFinance.com) - Peut-être une fois n'est-elle pas coutume, mais il n'en reste pas moins que l'action Spie tient, avec une hausse de 3,5%, la tête d'un indice SBF 120 en berne de 1,2% ce midi. Enfin du mieux pour ce titre à la peine depuis plus d'un an ?

L'histoire boursière de ce groupe de 'services multi-techniques' (génie électrique, mécanique, climatiques, etc) a commencé en juin 2015, avec une introduction en Bourse au cours de référence de 16,5 euros, sachant que la fourchette indicative allait de 14,5 à 17,5 euros.

Dans un premier temps, ce fut le calme plat : jusqu'à la fin de l'année 2016, le cours est resté 'scotché' autour des 17 euros. Puis 2017 lui portera chance au point de faire grimper l'action, début mai, à ce qui reste son sommet historique dans la région des 27 euros. Puis s'en est suivie une décrue qui a ramené le cours dans la zone des 17 euros. Retour à la case départ, en quelque sorte.

Qu'a publié Spie dernièrement ? En 2017, l'équivalent du volume d'affaires, que Spie appelle sa 'production', a décollé en données publiées de 24% à 6,1 milliards d'euros. En cause : les effets de périmètre découlant principalement de l'acquisition de SAG. En revanche, à données comparables, une contraction de 1,3% était à déplorer. En raison de l'acquisition, la dette nette avait bondi d'environ 900 millions à 1,5 milliard, soit 3,3 fois l'EBITDA à fin 2017.

Enfin, la rentabilité n'a pas suivi l'an passé, la marge d'EBITA ajustée revenant de 6,9 à 6,3%. Le résultat net part du groupe, plombé par des 'coûts de restructuration et (l')amortissement des goodwills affectés plus élevés en 2017', sans compter un effet fiscal de 35,8 millions sur 2016 qui ne s'est pas reproduit, a reculé de 40% à 110,4 millions.

En 2018, la direction vise depuis le début de l'année une amélioration de la croissance organique, une 'production' en hausse de 7% à changes constants, et une marge d'EBITA d'au moins 6%.

Et ensuite ? Dévoilé le 27 avril, le 1er trimestre (T1) 2018 s'est soldé par une progression de la production à changes constants de 25,1%, portée par la poursuite de l'intégration des acquisitions. La croissance organique était positive : + 2,6%, le tout avec une marge d'EBITA améliorée de 3,6 à 3,7%. Même si dans le secteur, le début de l'année n'est pas forcément la période la plus significative, et que le ralentissement du bâtiment en France inquiète nombre d'analystes, les tendances semblent favorables et les prévisions avaient d'ailleurs été confirmées.

A suivre sur l'agenda de Spie : les comptes semestriels, attendus au matin du 27 juillet.

EG

Copyright (c) 2018 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Les informations et analyses diffusées par Cercle Finance ne constituent qu'une aide à la décision pour les investisseurs. La responsabilité de Cercle Finance ne peut être retenue directement ou indirectement suite à l'utilisation des informations et analyses par les lecteurs. Il est recommandé à toute personne non avertie de consulter un conseiller professionnel avant tout investissement. Ces informations indicatives ne constituent en aucune manière une incitation à vendre ou une sollicitation à acheter.