TABLEAU DE BORD

CAC 40

  • -0,08%
  • 5.653,44 Pts

NASDAQ 100

  • +0,19%
  • 7.889,47 Pts

DOW JONES

  • +0,17%
  • 26.833,95 Pts

EUR/USD

  • 0,00%
  • 1,1132

FTSE 100

  • +0,67%
  • 7.260,74 Pts

Or

  • +0,46%
  • 1.494,25
  • CAC 40
  • 5.653,44 Pts
  • -0,08%
PEUGEOT 24,82€ +3,24%
ARCELORMITTAL REG 13,63€ +1,76%
Unibail-Wfd Unibai 142,85€ +1,64%
STMICROELECTRONICS 18,48€ -2,84%
ATOS 63,60€ -2,36%
MICHELIN 103,20€ -1,90%

Taux: l'aversion au risque ramène les rendements au plancher

Cercle Finance | 20 juin, 2019 19:10

(CercleFinance.com) - Les tensions dans le golfe persique (drone espions US abattu par l'Iran), la sémantique très 'accommodante' des banques centrales (dont la FED hier soir) ont contribué à privilégier les 'actifs de sécurité' ce jeudi.

Les rendements retombent vers des planchers de part et d'autre de l'Atlantique, avec notamment un '10 ans' US qui bascule sous les 2,00% (-3Pts à 1,9900%).

Les Bunds ne sont pas en reste avec -3Pts également à -0,316%, nos OAT se détendent encore plus nettement: -4Pts à 0,012% (alors que l'INSEE revoit à la baisse son estimation de croissance à +1,3% en France à fin 2019).

Les analystes de Wells Fargo Advisors notent que si la FED juge les 'fondamentaux' US solides et tente de démontrer qu'elle reste maître de son calendrier (alors que Trump met une grosse pression sur Jerome Powell pour qu'il baisse les taux immédiatement), le comité a supprimé le mot 'patience' de son communiqué final du FOMC et indique la possibilité d'une baisse de taux 'vers la fin de l'année' en cas 'd'incertitudes' pouvant obscurcir la fin de l'année (dégradation des perspectives économiques et inflation s'écartant de l'objectif des 2%).

La réunion de politique monétaire de la Banque d'Angleterre ce jeudi n'a apporté aucun surprise (maintient du taux directeur et du 'QE'): les 'Gilts' se détendent néanmoins de -5,5Pts à 0,8090%.

Les 'chiffres du jour' aux Etats Unis alternaient le 'neutre' et le moins bon' : franche déception pour ce qui concerne l'indice 'Phily Fed' (de la Fed de Philadelphie) qui se contracte spectaculairement +16,6 à +0,3 sur le mois en cours, alors que le consensus tournait autour de +10,5 en juin.

Cette évolution traduit donc une très forte décélération que prévu de l'expansion manufacturière autour de Philadelphie, à un niveau de quasi-stagnation. Pour rappel, la barre de zéro pour cet indice marque la limite entre expansion et contraction de l'activité.

Bonne surprise en revanche du côté de l'emploi : le Département américain du Travail a dénombré 216.000 nouveaux inscrits aux allocations chômage la semaine dernière (contre 220.000 anticipé), soit -6.000 par rapport à la précédente (chiffre non-révisé). La moyenne mobile sur quatre semaines a quant à elle été mesurée à 218.750, en hausse de 1.000 par rapport à la semaine précédente.

L'indicateur avancé du Conference Board est resté stable à 111,8 le mois dernier, après avoir augmenté à la marge de +0,1% en avril et de +0,2% en mars: il se maintient remarquablement vu la faiblesse des indices d'activité industrielle, la ralentissement de la consommation, la baisse de la confiance des ménages.

Un coup d'oeil sur les dettes 'périphériques': les 'bonos' espagnols se détendent de -2Pts à 0,391%, en revanche, l'aversion au risque a pénalisé les BTP italiens (+3,Pts à 2,157%) et le '10 ans' grec (+10,5Pts à 2,616%).

Les meilleures performances en Europe ont été réalisées par le '10 ans' irlandais avec -6Pts à 0,213%.

A noter également l'embellie du '10 ans' tchèque (-6Pts à 1,516%), puis le '10 ans' hongrois avec -10Pts à 2,67%.

Copyright (c) 2019 CercleFinance.com. Tous droits réservés.