TABLEAU DE BORD

CAC 40

  • -0,69%
  • 4.729,66 Pts

NASDAQ 100

  • +2,34%
  • 11.151,13 Pts

DOW JONES

  • +1,34%
  • 27.173,96 Pts

EUR/USD

  • +0,02%
  • 1,1635

EURONEXT 100

  • -0,38%
  • 944,55 Pts

Or

  • +1,04%
  • 1.870,05
  • CAC 40
  • 4.729,66 Pts
  • -0,69%
SAFRAN 85,22€ +2,82%
VEOLIA ENVIRONN. 18,34€ +2,14%
ESSILOR INTL 108,35€ +1,59%
CREDIT AGRICOLE 7,16€ -3,48%
TOTAL 28,06€ -3,32%
BNP PARIBAS-A- 30,25€ -2,92%

Wall Street: salue la FED, puis inverse pourtant la vapeur

Cercle Finance | 16 sept., 2020 23:37

(CercleFinance.com) - Le Dow Jones (+0,13%) termine in extremis dans le vert... mais il est le seul : la seconde partie de séance a été marquée par un petit pic d'euphorie (20H/20h30) puis par un net alourdissement durant les 90 dernières minutes.

La FED ajuste son objectif 'conjoncturel' et prévoit une baisse de -3,7% du PIB aux USA cette année... mais assorti d'un avertissement sur les 'incertitudes' concernant le rythme de la reprise qui connait un 'ralentissement', d'où la nécessité d'un 'soutien fort', jusqu'à se rapprocher des 2% d'inflation.

'Incertitudes' parce que le Covid-19 'est la cause d'énormes difficultés humaines et économiques'.

Pourtant, la FED anticipe un taux de chômage retombant vers 7,9% en fin d'année: c'est possible en manipulant les chiffres (comme au mois d'août avec des catégories de chômeurs soudain exclues arbitrairement) mais dans la réalité, les créations d'emplois progressent de plus en plus lentement depuis le début de l'été.

La FED avait déjà fait connaître son scénario monétaire à l'horizon 2024: pas de hausses de taux avant 2023 et probablement pas avant 2024 si l'inflation ne dépasse que modérément le seuil des 2% pendant 'un certain temps'.

Cela éclaire -un peu- le degré de tolérance à l'inflation : la hausse des prix pourrait donc dépasser les 2% avant que la FED réagisse... mais cela dépendra du rythme.

Et à quoi correspond 'un certain temps' : 2, 4 ou 6 mois, sinon 3 ou 4 trimestres ?

Cette séance traduit tout de même un sentiment ambivalent puisque le S&P500 a d'abord doublé ses gains (de 3.408 vers 3.428) après le communiqué de la FED avant d'en reperdre -43 (soit -1,5%) pour finir au plus bas, à -0,45% (3.385).

Le Nasdaq, longtemps hésitant, chute de -1,25% dans le sillage des pures 'technos' avec Illumina -8,4%, Adobe -4,4%, Facebook -3,3%, Apple -3%, AMD -2,9%, Intuit et Paypal -2,8%, Cadence -2,6%, Amazon et Netflix -2,5%, Tesla -1,8%

Quelques rescapés avec Moderna +2,9%, Western Digital +2,8%, Micron +2,4%, Expedia +1,7%.

Après une première quinzaine de septembre difficile, le rebond des pétrolières s'affirme et s'accélère (le baril de WTI bondit de +5% vers 40,2$), à l'image d'Occidental +8,7%, Diamonbak +7,9%, Range +6%, Devon +5,8%, Concho et Nal Oilwell +5,6%, Valero +5,5%, Apache +4,7%, Halliburton +4,4%, Chevron +2,9%...

Du côté des statistiques, les ventes de détail aux États-Unis déçoivent : elles n'ont augmenté que de 0,6% le mois dernier au lieu de +1% anticipé (après +0,9% en juillet), selon le Département du Commerce.

En excluant le secteur automobile (véhicules et équipements), les ventes de détail américaines se sont accrues de 0,7% en août, alors que le consensus de marché visait une progression bien supérieure, de l'ordre de +1,2%.

Copyright (c) 2020 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

contador