TABLEAU DE BORD

CAC 40

  • -0,05%
  • 5.473,17 Pts

NASDAQ 100

  • +0,23%
  • 7.548,75 Pts

DOW JONES

  • -0,68%
  • 26.562,05 Pts

EUR/USD

  • +0,08%
  • 1,1759

FTSE 100

  • +0,06%
  • 7.462,72 Pts

Or

  • -0,73%
  • 1.198,75
  • CAC 40
  • 5.473,17 Pts
  • -0,05%
TECHNIPFMC RG 27,34€ +1,98%
STMICROELECTRONICS 16,32€ +0,96%
TOTAL 55,34€ +0,82%
ENGIE 12,34€ -0,96%
PUBLICIS GROUPE 51,14€ -0,74%
CARREFOUR 16,36€ -0,61%

CREDIT AGRICOLE : Pression de la MM 200

| |
DayByDay | 11 juil., 2018 08:46
creditagricole100720180711084438
  • 12,836
  • 0,30%0,04
  • Max: 12,89
  • Min: 12,82
  • Volume: -
  • MM 200 : 13,12
09:22 25/09/18
Short Term Long Term
Trend NEGATIVE BAISSIERE
Support 11,11 10,62
Résistance 11,82 12,13

Du point de vue graphique, après être sortis par le bas d’un triangle symétrique, les cours de CREDIT AGRICOLE ont marqué un nouveau plus bas à 11.11 EUR. La reprise haussière a permis d’approcher la résistance à 11.82 EUR, renforcée par la MM 200 périodes. Ces obstacles sont à même de relancer la tendance précédente : la dynamique baissière devrait reprendre en direction des soutiens à 11.11 EUR puis 10.62 EUR. Le prix d’entrée optimal pour ce scénario est fixé à 11.69 EUR et l’invalidation est placée à 11.91 EUR. Analyse rédigée le 11/07/2018 à 08:45 (11/07/2018 06:45:49Z) Day By Day - Matthieu Driol - Analyste senior

CREDIT AGRICOLE : souffre toujours en Bourse

Après avoir atteint un creux à 11.11 EUR, CREDIT AGRICOLE a effectué une reprise haussière, limitée par la MM 200 périodes descendante. La tendance devrait reprendre. L’analyse technique fixe un objectif de court terme à 10.62 EUR avec un stop à 11.91 EUR.

Les points faibles de la valeur selon AOF

- Défiance des investisseurs à l’égard des banques européennes, régulation européenne consommatrice en fonds propres et faible niveau des taux d’intérêt ; - Montée de la concurrence des banques en ligne et de celle des géants de l’Internet et des télécoms ; - Rentabilité insuffisante de LCL et montée du coût du risque en banque de financement ; - Pressions sur les marges dans les réseaux et stabilisation des revenus dans les services financiers spécialisés