TABLEAU DE BORD

CAC 40

  • +0,78%
  • 5.494,17 Pts

NASDAQ 100

  • -0,50%
  • 7.531,07 Pts

DOW JONES

  • +0,32%
  • 26.743,50 Pts

EUR/USD

  • +0,00%
  • 1,1750

FTSE 100

  • +1,67%
  • 7.490,23 Pts

Or

  • +0,38%
  • 1.207,60
  • CAC 40
  • 5.494,17 Pts
  • +0,78%
LVMH 305,85€ +3,33%
ATOS 108,25€ +1,98%
L'OREAL 206,10€ +1,83%
RENAULT 76,33€ -2,13%
PEUGEOT 24,57€ -1,88%
SODEXO 92,18€ -0,97%

CREDIT AGRICOLE : Support majeur enfoncé.

| |
DayByDay | 19 fév, 2018 08:24
creditagricole20180219082222
  • 12,986
  • 0,48%0,06
  • Max: 13,12
  • Min: 12,92
  • Volume: -
  • MM 200 : 13,12
17:38 21/09/18
Short Term Long Term
Trend NEGATIVE BAISSIERE
Support 13,15 12,19
Résistance 14,32 14,72

Du point de vue graphique, CREDIT AGRICOLE a évolué pendant de longs mois entre une résistance majeure à 15.68 EUR et un support majeur à 13.77 EUR. Le dernier retour sur le support s’est soldé par son enfoncement, à l’aide d’un gap baissier. Actuellement en pull back sur ce niveau, la tendance baissière devrait reprendre en direction des soutiens à 13.15 EUR puis 12.19 EUR. Le prix d’entrée optimal pour ce scénario est fixé à 13.87 EUR et l’invalidation est placée à 14.73 EUR. Analyse rédigée le 19/02/2018 à 08:23 (19/02/2018 07:23:47Z) Day By Day - Matthieu Driol - Analyste senior

CREDIT AGRICOLE : une montée de la concurrence des banques en ligne (F017S)

CREDIT AGRICOLE a enfoncé son support majeur à 13.77 EUR, dégradant considérablement sa tendance. L’analyse technique fixe un objectif de court terme à 12.21 EUR avec un stop à 14.73 EUR.

Les points faibles de la valeur selon AOF

- Défiance des investisseurs à l’égard des banques européennes, régulation européenne consommatrice en fonds propres et faible niveau des taux d’intérêt ; - Montée de la concurrence des banques en ligne et de celle des géants de l’Internet et des télécoms ; - Rentabilité insuffisante de LCL et montée du coût du risque en banque de financement ; - Pressions sur les marges dans les réseaux mais stabilisation des revenus dans les services financiers ; - Faible valorisation des actifs autres que ceux des banques régionales -75,5 % d’Amundi, Predica/Pacifica, Sofinco...