TABLEAU DE BORD

CAC 40

  • +1,34%
  • 5.387,38 Pts

NASDAQ 100

  • -0,28%
  • 7.197,51 Pts

DOW JONES

  • +0,49%
  • 24.580,89 Pts

EUR/USD

  • -0,25%
  • 1,1638

FTSE 100

  • +1,67%
  • 7.682,27 Pts

Or

  • +0,47%
  • 1.269,70
  • CAC 40
  • 5.387,38 Pts
  • +1,34%
TECHNIPFMC RG 28,02€ +5,66%
TOTAL 52,48€ +3,31%
AIRBUS GROUP 100,64€ +2,08%
STMICROELECTRONICS 20,16€ -1,66%
VEOLIA ENVIRONN. 18,46€ -1,26%
VALEO 50,70€ -0,20%

CREDIT AGRICOLE : Une nouvelle accélération baissière est attendue

| |
DayByDay | 13 mars, 2018 08:30
creditagricole120320180313082856
  • 11,760
  • 1,07%0,13
  • Max: 11,83
  • Min: 11,69
  • Volume: -
  • MM 200 : 14,03
17:35 22/06/18
Short Term Long Term
Trend NEGATIVE BAISSIERE
Support 13,5 13,15
Résistance 13,85 14,29

Du point de vue graphique, CREDIT AGRICOLE a déclenché un puissant mouvement baissier, trouvant un soutien à 13.50 EUR pour se stabiliser. Les cours ont ensuite testé à deux reprises la résistance à 14.29 EUR, sans parvenir à la franchir. Les cours sont alors vivement retournés sur le support à 13.50 EUR, dont ils ne parviennent pas à s’affranchir. Un pull back sur 13.90 EUR relancerait la tendance en direction des soutiens à 13.50 puis 13.15 EUR. Le prix d’entrée optimal pour ce scénario est fixé à 13.89 EUR et l’invalidation est placée à 14.11 EUR. Analyse rédigée le 13/03/2018 à 08:29 (13/03/2018 07:29:55Z) Day By Day - Matthieu Driol - Analyste senior

CREDIT AGRICOLE : Pression sur les marges des réseaux bancaires (PUT F017S)

CREDIT AGRICOLE a buté à deux reprises sur la résistance majeure à 14.29 EUR, renforcée par la MM 200 et par un ratio de 38% de Fibonacci. L’analyse technique fixe un objectif de court terme à 13.15 EUR avec un stop à 14.11 EUR.

Les points faibles de la valeur selon AOF

- Défiance des investisseurs à l’égard des banques européennes, régulation européenne consommatrice en fonds propres et faible niveau des taux d’intérêt ; - Montée de la concurrence des banques en ligne et de celle des géants de l’Internet et des télécoms ; - Rentabilité insuffisante de LCL et montée du coût du risque en banque de financement ; - Pressions sur les marges dans les réseaux, dévaluations des devises égyptienne et ukrainienne et stabilisation des revenus dans les services financiers spécialisés ;