TABLEAU DE BORD

CAC 40

  • +0,78%
  • 5.494,17 Pts

NASDAQ 100

  • -0,50%
  • 7.531,07 Pts

DOW JONES

  • +0,32%
  • 26.743,50 Pts

EUR/USD

  • +0,01%
  • 1,1747

FTSE 100

  • +1,67%
  • 7.490,23 Pts

Or

  • +0,38%
  • 1.207,60
  • CAC 40
  • 5.494,17 Pts
  • +0,78%
LVMH 305,85€ +3,33%
ATOS 108,25€ +1,98%
L'OREAL 206,10€ +1,83%
RENAULT 76,33€ -2,13%
PEUGEOT 24,57€ -1,88%
SODEXO 92,18€ -0,97%

STMICRO ELECTRONICS NV : Gap baissier

| |
DayByDay | 13 aoû, 2018 08:29
stmicroelectronics100820180813082756
  • 16,255
  • 0,15%0,03
  • Max: 16,32
  • Min: 16,05
  • Volume: -
  • MM 200 : 18,87
17:39 21/09/18
Short Term Long Term
Trend NEUTRE NEUTRE
Support 16,99 16,57
Résistance 19,31 20,85

Du point de vue graphique, STMICROELECTRONICS a ouvert de nombreux gaps baissiers depuis les sommets à 22.97 EUR, dégradant considérablement sa tendance. Après avoir buté contre 19.31 EUR, résistance majeure renforcée par la MM 200 et par le ratio de 38%, les cours ont enfoncé le support majeur à 18.30 EUR à l’aide d’un nouveau gap. La dynamique baissière est relancée en direction des soutiens à 16.99 EUR, 16.57 EUR puis 16.18 EUR. Le prix d’entrée optimal pour ce scénario est fixé à 18.29 EUR et l’invalidation est placée à 19.32 EUR. Analyse rédigée le 13/08/2018 à 08:29 (13/08/2018 06:29:13Z) Day By Day - Matthieu Driol - Analyste senior

STMICRO ELECTRONICS NV : Une rentabilité inférieure à ses concurrents (Put U272S)

STMICROELECTRONICS suit une tendance baissière depuis l’ouverture de gaps baissiers et la rupture du support majeur à 18.30 EUR. Un pull back contre ce niveau serait une opportunité de vente. L’analyse technique fixe un objectif de court terme à 16.57 EUR avec un stop à 19.32 EUR.

Les points faibles de la valeur selon AOF

- Pression concurrentielle forte dans les circuits intégrés pour mobiles ; - Déséquilibre entre la division SPA, bénéficiaire et la division EPS dont les pertes opérationnelles pèsent sur la rentabilité du groupe ; - Méfiance des investisseurs à l'égard des objectifs 2014 de hausse de 20 % des ventes et de la marge brute ; - Rentabilité inférieure à celle des autres poids lourds du secteur en raison d'une structure de coûts fixes élevés, notamment en Europe.