TABLEAU DE BORD

CAC 40

  • -1,47%
  • 4.742,38 Pts

NASDAQ 100

  • +1,05%
  • 6.682,74 Pts

DOW JONES

  • +0,14%
  • 24.423,26 Pts

EUR/USD

  • +0,11%
  • 1,1366

FTSE 100

  • -0,83%
  • 6.721,54 Pts

Or

  • +0,45%
  • 1.246,80
  • CAC 40
  • 4.742,38 Pts
  • -1,47%
CARREFOUR 14,67€ +0,62%
SANOFI 76,91€ +0,47%
SODEXO 88,52€ +0,34%
TECHNIPFMC RG 18,26€ -4,57%
PEUGEOT 17,20€ -3,99%
RENAULT 55,28€ -3,98%

STMICRO ELECTRONICS NV : Gaps baissiers

| |
DayByDay | 27 mars, 2018 08:46
stmicroelectronics260320180327084523

Du point de vue graphique, STMICROELECTRONICS évolue dans un canal descendant depuis de longues semaines. Les cours sont récemment sortis par le haut d’un triangle et ont tenté de sortir par le haut du canal. La vive réintégration des figures, à l’aide de gaps baissiers, a sonné le glas des anticipations haussières. Un retour sur les soutiens à 17.50 EUR voire 16.95 EUR semble maintenant probable. Le prix d’entrée optimal pour ce scénario est fixé à 18.94 EUR et l’invalidation est placée à 19.32 EUR. Analyse rédigée le 27/03/2018 à 08:46 (27/03/2018 06:46:21Z) Day By Day - Matthieu Driol - Analyste senior

  • 11,645
  • -2,67%-0,32
  • Max: 11,98
  • Min: 11,41
  • Volume: -
  • MM 200 : 17,49
17:39 10/12/18

STMICRO ELECTRONICS NV : des pertes semestrielles supérieures aux attentes (PUT V661S)

Après avoir tenté de sortir par le haut d’un canal descendant, STMICROELECTRONICS a réintégré la figure à l’aide de gaps baissiers puissants. L’analyse technique fixe un objectif de court terme à 17.51 EUR avec un stop à 19.32 EUR.

Les points faibles de la valeur selon AOF

- Leader mondial dans les microsystèmes électromécaniques et dans les capteurs de mouvement pour tablettes et mobiles, un marché qu'il contrôle à 48 %, loin devant ses concurrents ; - L'une des entreprises les plus innovantes de son secteur, notamment dans les microcontrôleurs et l'électronique de puissance ; - Croissance portée par la demande chinoise et le développement des smartphones, des écrans tactiles et autres « netbooks » ; - Déception à l'été en raison de pertes semestrielles supérieures aux anticipations ;