TABLEAU DE BORD

CAC 40

  • +0,24%
  • 6.616,35 Pts

NASDAQ 100

  • +0,93%
  • 14.128,20 Pts

DOW JONES

  • -0,25%
  • 34.393,75 Pts

EUR/USD

  • +0,12%
  • 1,2136

EURONEXT 100

  • +0,28%
  • 1.283,31 Pts

Or

  • +0,29%
  • 1.736,00
  • CAC 40
  • 6.616,35 Pts
  • +0,24%
TOTALENERGIES 40,89€ +1,38%
DASSAULT SYST. 194,45€ +1,12%
VINCI 96,01€ +1,05%
ARCELORMITTAL REG 26,93€ -1,37%
STELLANTIS BR 16,94€ -1,30%
MICHELIN 129,10€ -0,96%

Taux: le CPI aux US puis la BCE ne stoppent pas l'embellie

Cercle Finance | 10 juin, 2021 19:21

(CercleFinance.com) - Les T-Bonds US ont connu une petite séquence porte de saloon ce jeudi entre 14H30 et 18H30: ils ont vu leur rendement se retendre de 1,4900 vers 1,5200% après la publication du CPI, mais ils ont ensuite inversé la vapeur et reperdu 5Pts de rémunération, jusque vers 1,47%, soit 2Pts de moins que mercredi.

La décrue se poursuit donc et c'est un peu paradoxal après la publication d'un 'CPI' qui met en lumière le plus fort taux d'inflation depuis 13 ans.

En effet, les prix à la consommation aux Etats-Unis ont augmenté de 0,6% en mai 2021 en rythme séquentiel (après une hausse de 0,8% en avril) pour s'établir à +5% en rythme annuel.

Le Département du Travail indique également que l'inflation 'core' (hors énergie et produits alimentaire) s'est établie à +0,7% en mai, déjouant un consensus de +0,5%

L'indice des prix 'core' grimpe donc à +3,8% en rythme annuel, bien au-dessus des attentes des analystes (+3,6%).

Cette même inflation n'inquiète pas la BCE qui invoque des 'facteurs temporaires'.

Selon la BCE, la dernière enquête de conjoncture montre que la situation s'est considérablement améliorée au deuxième trimestre... mais la BCE a décidé de maintenir tous ses outils de soutien monétaires (QE + taux zéro) et confirme même l'accélération de son programme de rachats d'actifs via le PEPP.

La BCE se montre beaucoup plus optimiste qu'il y a 3 mois et relève en conséquence ses prévisions de croissance du PIB à 4,6% (contre +4%) en 2021, à +4,7% (contre +4,1%) en 2022 (et maintient inchangé 2023 à +2,1%).

Autre bonne nouvelle, l'inflation qui 'ne sera que transitoire' (air connu) est liée à des 'effets de base' (chute des prix de mars à mai 2020), les salaires faisant preuve de modération : il est inutile d'agir pour limiter la hausse des coûts salariaux.

C'est donc le scénario Goldilocks qui nous attend : une croissance sans inflation jusqu'en 2023... et mieux encore, une inflation qui demeurera contenue en-deçà de 2% en 2021 (à +1,9%, revu de +1,5%), puis qui ralentira de -20% en 2022 à +1,5% puis encore en 2023, à un insignifiant +1,3%

Nos OAT finissent la journée sur une modeste embellie à 0,11% et les Bunds se détendent vers -0,26% (niveau très comparable à la veille après un bref épisode de tension jusque vers 0,159%.

Plus Sud, les Bonos effacent encore -3Pts à 0,385% italiens se détendent de près de -2,7Pts à 0,798% (après une vaste oscillation entre 0,76 et 0,79%).

La conférence de presse de Christine Lagarde se solde donc par le scénario espéré par le marché : un statu quo sur la politique monétaire et des taux qui poursuivent leur décrue.

La BCE coche toutes les cases: poursuite du statu-quo jusqu'à 2022 sur fond d'inflation maîtrisée.

Outre-Manche, les Gilts finissent sans grand changement autour de 0,735%.

Copyright (c) 2021 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

contador