TABLEAU DE BORD

CAC 40

  • -0,56%
  • 7.628,57 Pts

NASDAQ 100

  • -0,26%
  • 19.700,43 Pts

DOW JONES

  • +0,04%
  • 39.150,33 Pts

EUR/USD

  • -0,07%
  • 1,0685

EURONEXT 100

  • -0,90%
  • 1.498,03 Pts

Or

  • +1,33%
  • 2.364,00
  • CAC 40
  • 7.628,57 Pts
  • -0,56%
DANONE 58,54€ +1,99%
ENGIE 13,73€ +1,44%
KERING 320,10€ +1,25%
SAINT GOBAIN 73,12€ -3,61%
RENAULT 48,66€ -2,99%
TELEPERFORMANCE 100,70€ -1,95%

Atos: l'action grimpe, spéculations sur la filiale Evidian

Cercle Finance | 02 janv., 2023 11:13

(CercleFinance.com) - Le titre Atos monte en flèche ce lundi à la Bourse de Paris, un rebond qui s'explique par des spéculations entourant une possible prise de participation d'Airbus au sein de sa filiale de transformation digitale, Evidian.

ATOS
1,174
  • -32,56%-0,57
  • Max: 1,75
  • Min: 1,17
  • Volume: -
  • MM 200 : 56,44
17:55 21/06/24

Selon Les Echos, qui dit s'appuyer sur plusieurs sources, Airbus aurait engagé des discussions 'exploratoires' en vue de prendre une part minoritaire au capital de la branche numérique et de cybersécurité d'Atos.

Vers 11h10, le titre Atos grimpe de 14,5% dans des volumes qui représentent déjà le double de leur moyenne des quatre dernières séances.

L'action enregistre la plus forte hausse de l'indice SBF 120, qui progresse de 1,5% au même moment.

Dans une note de réaction, les analystes d'Invest Securities évoquent une opération qui se voudrait 'amicale' et qui s'inscrirait dans le cadre de la stratégie actuellement privilégiée par la direction d'Atos, consistant à faire entrer des actionnaires de référence chez Evidian.

'Dans tous les cas, le momentum pourrait redevenir positif pour Atos après plusieurs années très compliquées, dont un exercice 2022 catastrophique (-76% pour le cours de Bourse)', rappelle la société de Bourse.

En septembre dernier, Atos avait annoncé avoir reçu une offre non-sollicitée du français Onepoint, associé au fonds d'investissement ICG, portant sur une acquisition potentielle d'Evidian pour 4,2 milliards d'euros.

Le groupe technologique avait décidé de ne pas y donner suite, préférant se focaliser sur l'avancement de son projet de séparation selon le calendrier initialement prévu.

D'après Les Echos, Thales - qui reste 'potentiellement intéressé par tout actif de cybersécurité qui serait disponible à la vente' - ne s'inscrirait pas, à ce stade, dans le schéma envisagé.

Le titre de l'électronicien de défense - meilleure performance du CAC 40 l'an dernier - reculait de 0,5% suite à ces informations.

Copyright (c) 2023 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

contador