TABLEAU DE BORD

CAC 40

  • +1,22%
  • 5.300,79 Pts

NASDAQ 100

  • +1,59%
  • 7.604,11 Pts

DOW JONES

  • +1,20%
  • 25.886,01 Pts

EUR/USD

  • +0,00%
  • 1,1106

FTSE 100

  • +0,71%
  • 7.117,15 Pts

Or

  • -0,57%
  • 1.509,05
  • CAC 40
  • 5.300,79 Pts
  • +1,22%
TECHNIPFMC RG 21,10€ +3,38%
SOCIETE GENERALE 22,07€ +3,25%
CREDIT AGRICOLE 10,23€ +3,23%
TOTAL 43,24€ -0,15%
HERMES INTL 605,80€ +0,03%
SODEXO 99,98€ +0,32%

Carrefour: offre sur Casino, les avis des analystes

Cercle Finance | 25 sept., 2018 16:06

(CercleFinance.com) - Difficile d'y voir clair dans le différend qui oppose, par communiqués de presse interposés, Casino et Carrefour. Le premier des deux distributeurs français déclare avoir repoussé une proposition de rachat que le second dément vertement avoir formulé. Quelques réflexions d'analystes sur le sujet.

CARREFOUR
15,435
  • 1,95%0,30
  • Max: 15,44
  • Min: 15,11
  • Volume: -
  • MM 200 : 16,83
17:35 16/08/19

La logique 'industrielle' de l'éventuelle opération est notamment soulignée par Société générale (SG), qui cite 'des conditions de marché difficiles' dans le secteur de la distribution où la croissance s'est évanouie, accompagnée de l''évolution structurelle liée à la concurrence en ligne'.

'Les groupes de distribution traditionnels considèrent les opérations de consolidation comme une solution défensive par les biais desquelles ils combinent leurs forces en vue de dégager plus de synergies au niveau des achats en exerçant plus de pressions sur les principaux fournisseurs', ajoute SG. Qui cite comme exemple la fusion, au Royaume-Uni, d'Asda et de Sainsbury's. Une opinion partagée par UBS, selon lequel 'la consolidation est un thème brûlant dans le secteur de la distribution alimentaire', et qui ajoute les rapprochements récents d'Ahold et de Delhaize, ainsi que de Tesco et de Booker. Ainsi que la concurrence des 'hard discounters' comme Lidl et Aldi, en plus de celle d'Amazon dans l'e-commerce, sachant que Casino est confronté, au surplus, à une problématique propre d'endettement.

UBS calcule que les récentes fusions dans le secteur ont dégagé des synergies de l'ordre de 1 à 1,5% des CA, 'ce qui appliqué au cas de Carrefour et de Casino représenterait un potentiel d'environ 1,5 milliard d'euros. '

Cela étant, rapprocher ces deux grands noms français du secteur ferait face à 'une série d'obstacles', ajoute Société générale, à commencer par le poids des deux groupes en France, dont la part de marché cumulée atteindrait environ 33%, calculent les spécialistes. Le tout 'avec selon nous de possibles positions de marché dominantes sur nombre de zones de chalandise dans la région parisienne, ce qui pourrait entraîner des cessions de magasins', et rendre l'éventuelle opération 'très difficile'. Sachant que les deux groupes sont également tous deux solidement implantés au Brésil.

Invest Securities relève ce matin l'information, provenant notamment de Wansquare, selon laquelle les patrons de Carrefour et Casino - et leurs conseils - se seraient bel et bien rencontrés le 12 septembre. Les spécialistes se demandent en substance si des négociations bien réelles n'auraient pas 'fuité' beaucoup trop tôt, entraînant la réaction vive de Carrefour. 'Le fait est que les deux acteurs étaient loin de finaliser un rapprochement capitalistique et que les options mises sur la table ont d'abord porté sur des cessions d'actifs ou sur la mise en oeuvre de partenariats, sans que l'on en sache la portée et le périmètre', ajoutent les spécialistes.

Et Invest Securities de pointer un autre obstacle à l'éventuel rapprochement : au premier semestre, Casino, Auchan, Metro et Schiever ont annoncé la constitution des centrales d'achat Horizon. 'On peut se demander comment le nouveau partenaire aux achats de Casino, en l'occurrence Auchan, réagira à l'idée d'avoir pu être trompé juste après avoir célébré ses noces avec le groupe (Casino) de Jean-Charles Naouri', soulignent les spécialistes. A suivre.

EG

Copyright (c) 2018 CercleFinance.com. Tous droits réservés.