TABLEAU DE BORD

CAC 40

  • +0,65%
  • 5.939,27 Pts

NASDAQ 100

  • +0,70%
  • 8.315,52 Pts

DOW JONES

  • +0,80%
  • 28.004,89 Pts

EUR/USD

  • +0,07%
  • 1,1062

FTSE 100

  • +0,14%
  • 7.302,94 Pts

Or

  • -0,14%
  • 1.465,60
  • CAC 40
  • 5.939,27 Pts
  • +0,65%
ARCELORMITTAL REG 15,16€ +2,52%
SAINT GOBAIN 37,48€ +2,15%
SANOFI 83,08€ +1,71%
SODEXO 106,10€ -1,21%
BOUYGUES 38,70€ -0,51%
ENGIE 14,37€ -0,28%

CAC40: repli contenu, 2% hebdo, des trimestriels sanctionnés

Cercle Finance | 08 nov., 2019 15:06

(CercleFinance.com) - La consolidation se poursuit à la Bourse de Paris mais de façon extrêmement lente, sans volumes, sans intensité... comme si les 'ajustements' se faisaient du bout des doigts, de peur de se faire taper dessus si cela devait affaiblir la tendance haussière moyen terme.

CAC 40
5.939,270
  • 0,65%38,19
  • Max: 5.947,62
  • Min: 5.907,95
  • Volume: -
  • MM 200 : 5.460,25
18:05 15/11/19

Avec -0,3%, le CAC40 oscille autour de 5.875 et préserve un gain de +2% hebdo et une performance annuelle de +24%.

A l'instar des autres places mondiales, le marché parisien semble emporté par un inexorable mouvement haussier, impulsé par les injections des banques centrales, qui ont repris de plus belle mi-septembre avec la FED puis la BCE qui a confirmé les anticipations de remise en route d'un 'QE' de taille modeste, mais sans horizon de temps.

L'effet est sidérant: le CAC engrange un gain de 9% par rapport à un plancher de 5400 points du 3 octobre (en seulement 5 semaines).

D'après certains chartistes, la récente cassure de la zone de résistance majeure des 5800/5815 points pourrait préfigurer un prolongement de la phase haussière en direction des 6000 points.

'L'appétit pour le risque reste grand, avec des perspectives de croissance mondiale qui s'améliorent', souligne ainsi un trader.

A peine si les marchés ont repris leur souffle dans l'attente de nouveaux développements concernant le dossier commercial sino-américain, avec au premier chef la conclusion du tant attendu accord de 'phase 1'.

Mais les 2 protagonistes ne semblent toujours pas d'accord sur le cadre d'un accord: Pékin veut une levée des sanctions douanières pour négocier un accord, Washington veut signer l'accord contre des engagements chinois préalables et se réserve la possibilité de ne pas réduire les surtaxes si Pakin ne joue pas le jeu.

A Wall Street, les indices ont signé une nouvelle cascade de records absolus hier, même si les opérateurs ont fini par prendre conscience que quelque chose se passait du côté des taux avec une lourde dégradation des marchés obligataires.

L'envolée des rendements obligataires a entraîné un repli des cours de l'or (vers 1.460$/Oz), qui avaient tendance à se stabiliser ce matin, ainsi qu'un recul des prix pétroliers, le WTI cédant 0,7% à 56,6 dollars.

Comme la veille, le calendrier économique s'annonce passablement insignifiant ce vendredi. Les investisseurs prendront toutefois connaissance, dans l'après-midi, de l'indice de confiance des consommateurs du Michigan puis des stocks des grossistes.

En France, les exportations sont en faible croissance, alors que les importations sont quasiment stables en septembre, conduisant à un creusement du déficit commercial à -5,6 milliards d'euros, contre -5,4 millions le mois précédent.

La production se redresse dans l'industrie manufacturière en septembre (+0,6% après −0,8%), et plus légèrement dans l'ensemble de l'industrie (+0,3% après −0,9%), selon les données CVS-CJO de l'Insee.

Du coté des valeurs, Euronext recule de 5,2% malgré la publication d'un bénéfice net en hausse de 25,8% à 63,5 millions d'euros au titre du troisième trimestre. En ajusté, le BPA a augmenté de 15,1% à 0,98 euro, dépassant d'un cent le consensus.

Crédit Agricole SA (-3%) publie un bénéfice par action sous-jacent de 0,34 euro au titre du troisième trimestre 2019, en baisse de 6,3%, et un niveau inférieur de deux centimes à l'estimation moyenne des analystes.

La chute de -8% de Natixis vers 4E laisse beaucoup d'observateurs perplexes vu les chiffres publiés et le rendement du titre: un mouvement de repli pour le moins singulier.

Copyright (c) 2019 CercleFinance.com. Tous droits réservés.